extendedplayer


IGNATUS, [e.pok]

Ignatub/2017

Pochette Carton

 

 

 

 

 

C’est toujours gênant de dire d’un disque qu’il est sublime car on l’a déjà dit pour un autre. Mais c’est que la musique est ainsi. Elle exprime quelque chose qui, même avec des mots, va bien au-delà. Il s’agit de profondeur, de sensations, de sentiments. Tout cela varie, pour chacun, au fil des heures, au fil des minutes. Et il en faudrait à l’infini. C’est comme le rock et ses trois accords qui n’en finissent jamais de surprendre. Ici, Jérôme, notre homme Ignatus, présente un chef d’œuvre de chansons, celles qui, d’épure, s’habillent de vêtements d’une extrême finesse. Si le froid glacial du « Détroit de Béring » habite cet album, il démontre la capacité créative d’un artiste capable d’extérioriser des sentiments rarement si bien transcrits. La complémentarité instrumentale, tel cet arrangement progressif de « Lire le matin », apporte, sur cette couche sonore quasi contemporaine qui s’est posée dès l’intro, une accroche directement liée à la sensation pure. Là est le secret de cet [e.pok]. Un regard en observateur fidèle de l’être humain, construit ainsi, une perfection expressive admirablement développée sans aucune faute de goût. « Un travail », « Corps et biens » : une recherche au plus profond de lui-même, où la pudeur dévie tout voyeurisme, sans pour autant cacher les points faibles, ni les défauts. Originale façon de traiter les boites et la danse (« Florida »), d’aborder le XXIème siècle (« Epok »). De l’eau, un oiseau, la barbe de Dieu… Ignatus offre un univers cadeau à ceux qui savent encore écouter et rêver, bien loin de toute naïveté. Il est des disques rares, dont on n’ose dire trop parce que leur impact passe avant tout par le fluide magique de l’art musical. Celui-ci – d’album -, en fait partie. Merci Jérôme.

 

(photo ci-dessous : Marie MONTEIRO)

 

 

 

 

ignatus-c-marie-monteiro

Marc Sapolin

Information sur l'article Rédigé le Jeudi, 21 septembre 2017 par Marc Sapolin Il y a 0 commentaire

Ce que vous pensez de l'article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles
(Il n'y a pas encore de notes)


Loading ... Loading ...

Articles similaires

Retour aux chroniques Voir les 0 commentaire ou ajouter un commentaire